• Défense de territoire, pauvre Chouna

    Ce matin, une grosse bagarre s'est produite entre ma Chouna et le nouveau chat libre dont je parlais il y a peu de temps. Celui-là même que je voulais amadouer pour essayer de le capturer afin de le faire stériliser. Je pense que après mon intervention de ce matin, mon approche pour me lier d'amitié avec ce chat est compromise...

    Ma Chouna prenait son bain de soleil, comme d'habitude, sur les toits de nos garages. Soudain, notre fille vient en m'alertant que le "vilain" chat est tout près de Chouna. Ni une, ni deux secondes plus tard, je suis sur les toits. 3 ou 4 mètres les séparaient. Chouna le regardait mais ne montrait aucune hostilité. Sa queue ne battait pas, elle ne grondait pas, rien du tout. Juste curieuse. Mais l'autre ne l'entendait pas de cette oreille. A peine étais-je prête à avancer (je faisais doucement car je craignais de faire trop peur à Chouna et qu'elle s'en aille du côté opposé à sa maison) qu'il court et saute sur ma pauvre Chouna, elle n'a même pas le temps de se retourner pour sauver sa peau. La petite - car elle est un petit modèle - s'est retrouvée sur le dos, les 4 pattes en l'air en train d'essayer de repousser le matou qui griffait, mordait et grognait. Plein de poils blancs - ceux de ma pupuce - volaient ! Je n'ai pas osé intervenir à mains nues, donc j'ai couru, crié et agité mes mains. Je savais que je ferais peur à ma Chouna de cette façon, mais j'espérais surtout que je ferais très peur à l'autre afin qu'il lâche son emprise.

    Ouf ! Il la lâche. Mais j'ai à peine le temps de constater qu'ils sont séparés qu'il veut revenir à la charge ! Alors, je le poursuit jusqu'à ce qu'il saute dans les buissons en bas des garages.

    Il m'a fallu une demi-heure pour pouvoir m'approcher de mon chat et examiné les dégâts. Heureusement, plus de peur que de mal : une belle griffure sur le bord de l'oeil, mais qui démarre à l'intérieur de la paupière inférieure et une griffe arrière retournée. Ma Chou-choun était terrorisée, elle soufflait et grognait même sur moi qui voulait l'aider. Elle n'est plus blanche, mais noire de saleté. Elle a eu son collier arraché et a aussi une petite blessure à l'une de ses oreilles.

    J'ai pu la nettoyer un peu avec un gant de toilette humide et mettre un mouchoir propre sur son oeil afin d'essuyer la goutte de sang. Je ne peux pas toucher sa patte arrière, mais je ne crois pas que ce soit trop grave, elle ne boîte pas.

    Ce soir, elle est tranquille, installée sur mes genoux alors que je vous écrit ce billet. Elle se lave, surtout les oreilles et le visage.  Je crois qu'elle en est quitte pour une belle frayeur. Et moi aussi !

    Nos chats sont des chats d'intérieur, même s'ils sortent brièvement quand il fait beau et sec. D'eux-mêmes, ils rentrent après 5 minutes. Je ne suis pas sûre que je les laisserai encore "tout seuls" dehors.

    Je comprends que ce mâle veuille défendre son territoire. Lui, il est sans doute tout le temps dehors, et il considère sûrement ces garages comme étant son territoire...

    Défense de territoire, pauvre Chouna

    « Se faire une toilette de chatVie éphémère d'un papillon »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Lundi 19 Mai 2014 à 17:38

    la pauvre, elle qui prenait un bon bain de soleil bien sage elle va avoir peur de sortir maintenant

    1
    Dimanche 18 Mai 2014 à 21:18

    Bonsoir, pauvre Chouna, je comprend que tu a eu peur, Poussy aussi l'autre jour grosse bagarre avec un matou qui était chez Marie!

    Gros bisous à Chouna, superbe ton blog mes amies l'adore aussi

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :